jeudi

Croisette, Joann Sfar

Pour la première fois je lisais un des "Carnets", de ce dessinateur que par ailleurs j'aime beaucoup. 
Bon, le titre est un peu mensonger, parce que Cannes n'y est évoqué que dans une grosse première partie, la seconde contenant un joyeux fourre-tout, vacances en Toscane ou à Maurice, listes de course (lingettes démaquillantes, toasts), autosatisfaction personnelle, professionnelle et familiale, fausse modestie, autorité morale,
 publicité perso (Pascin, Le chat, Charlie, Le Petit Prince, ses propres films à venir); je fais du mauvais esprit exprès.

 
En réalité, j'ai beaucoup aimé, je regrette simplement la rareté du second degré et le peu de distance, mais sinon, on ne peut pas s'empêcher d'admirer la finesse de l'esprit, l'intérêt du propos et la qualité du dessin. A un moment (page 157), il explique ce qu'il aime dans le cinéma, ce qu'il en attend; c'est au mot près ce à quoi j'aspire quand je lis des romans. Et puis sa liste de réalisateurs préférés m'a troublée, trop de points communs (même dans l'ordre énoncé). Un carnet très enthousiasmant, en fin de compte.


Moins de deux minutes après avoir refermé le bouquin d'une cherté abusive soit dit en passant, j'ai croqué mon chéri qui s'endormait sur le canapé. 
Bilan: je veux lire tout Sfar (et il publie beaucoup, tout ça me ruinerait si j'en avais le potentiel), me mettre au violon et dessiner plus régulièrement.

***

Croisette, Joann Sfar (2008) (Guy Delcourt, collection Shampooing) (23€).

Une autre bédé de Joann Sfar que j'adore: Le chat du rabbin (t.1 à 5)(Dargaud).

2 commentaires:

Maya a dit…

Quelle famille :-)
J'ai hâte de lire le blog du fiston!

liseron a dit…

sur CROISETTE : je viens d'entamer la dernière partie très "fourre-tout" comme tu le dis si bien, quelle chute ! je ne sais même pas si j'aurai le courage de terminer. Stand-by pour l'instant en tous cas. Liseron